↑ Revenir à FEDERATION

Historique des centres sociaux

On peut faire remonter les premiers exemples de ce qu’on appelle aujourd’hui un Centre Social aux settlements apparus en Angleterre dans la seconde moitié du l9ème siècle, et aux ‘ maison sociale ‘ ou ‘résidence sociale ‘ de la fin du siècle dernier en France, lieux d’accueil, situés dans les banlieues ouvrières où s’organisent pour des familles en difficultés des réponses collectives à leurs besoins : garde d’enfants, consultations médicales, prévention sanitaire et sociale, cours pour femme au foyer et adultes, comme des interventions individuelles : visites, soins domicile, etc …

En France, ce sont les résidences sociales, en particulier la Résidence sociale de Levallois-Perret qui s’imposera comme le pivot et un peu la référence du genre, sans doute du fait de la personnalité de sa directrice, Marie-Jeanne Bassot (1876-1935).

En 1922, une vingtaine d’établissements se regrouperont pour créer la Fédération des Centres Sociaux de France. Le modèle se diffusera très lentement en France, puisqu’au moment de la deuxième guerre mondiale, on n’en compte pas une centaine. De fait, l’histoire des Centres Sociaux doit se situer dans celle des mouvements sociaux et politiques qui ont produit la situation actuelle : instauration de la Sécurité sociale, organisation et réglementation de l’Action sanitaire et sociale, développement de l’éducation populaire, de la formation continue, des équipements et services de voisinage, du syndicalisme du cadre de vie …

C’est à partir des années 60 que se développent les Centres Sociaux, en lien avec le phénomène d’urbanisation accélérée faisant suite à la concentration industrielle, l’explosion du tertiaire public et privé et la réorganisation de l’agriculture. Le tissu social se modifie profondément, les Centres Sociaux, au-delà des services et activités qu’ils proposent, sont des pôles où peuvent se reconstituer des relations sociales, des solidarités de proximité. Les militants familiaux et du cadre de vie y trouvent un lieu où prendre des responsabilités dans la cité.

On comptait dans la Fédération nationale :

– 211 Centres en 1960,

– 400 en 1970,

– 1 000 en 1980.

Leur développement est lié au phénomène des grands ensembles et à la mutation du monde rural. Les Caisses d’allocations familiales (CAF) et la Mutualité sociale agricole ont joué un rôle déterminant dans ce développement. Mais les Centres bénéficièrent surtout de la dynamique associative qui se manifesta à cette époque dans tout le pays.

Actuellement, plus de 70 % des Centres sociaux regroupés par la FCSF sont gérés par des associations indépendantes. Si, dans les années fastes une dominante socio-culturelle est apparue, avec la récession économique les aspects ‘insertion ‘, ‘ social ‘ et ‘ santé ‘ sont redevenus prioritaires. L’ouverture à l’économique marque l’évolution récente des Centres dont la démarche s’inscrit dans une problématique de développement local. En dépit de leur présence dans la politique sociale, les Centres Sociaux ne font pas partie des formes réglementaires de l’action sanitaire et sociale, même si des circulaires les ont définis (30.01.61, 31.08.70, 12.03.86, 31.10.95) et si différents Plans y ont fait référence.

La création d’un Centre Social dépend toujours de la libre initiative d’organismes de Sécurité sociale, de municipalités, de promoteurs sociaux ou de groupes d’habitants. On peut même ajouter que lorsqu’il existe un Centre Social, aucun service, public ou privé, n’est obligé de s’y intégrer. Le projet est toujours une négociation ouverte avec les différents intervenants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Aller à la barre d’outils